Une Histoire du vitrail

Avant Propos

    Pourquoi "une histoire du vitrail" me direz vous, et non pas "l'histoire du vitrail" ?

      Tout simplement parce que "l'histoire du vitrail" a déjà été écrite à maintes reprises par des gens beaucoup plus compétents que moi et qu'il est donc inutile d'en ajouter une nouvelle mouture. Par contre il m'apparaissait important d'inscrire un prolongement aux conférences et animations que je donne sur le sujet depuis plus de quinze ans, à l'usage de celles et ceux qui y ont assisté et qui veulent aller un peu plus loin dans l'histoire, mais aussi de tous les autres qui n'ont pas eu cette chance, en toute modestie bien sur !
        N'étant ni historien ni écrivain mais simple maître verrier, j'ai élaboré cet opus comme j'aurais aimé le lire. Il est conçu à la manière de ces livres à couverture jaune et noire à destination des "pas doués", permettant de comprendre, d'une manière que j'espère ludique, l'évolution de ce mode d'expression unique qu'est le vitrail. La navigation est simple, une page par siècle, hormis les premières dont celle que vous lisez actuellement, qui vont vous conter l'aventure du verre. Les encadrés soulignent un personnage important, une anecdote, un lieu intéressant, bref c'est à lire !
          Enfin, l'énorme avantage d'Internet étant qu'un texte n'est jamais figé, si vous pensez qu'une correction s'impose, historique, grammaticale ou autre, n'hésitez pas à me contacter ici.
            Prêts ? Alors, suivez moi et attention aux torticolis, il va falloir lever les yeux bien souvent !

              Pas de vitrail sans un bon verre !

            • Une matière bien mystérieuse.
              • Comment parler du vitrail sans évoquer d'abord la matière qui en est l'essence même ? A l'instar de la plastique de certaines célébrités, le verre que nous utilisons quotidiennement n'est pas naturel. Est-ce à dire que cette matière est uniquement une production de l'intelligence humaine ? Hé bien non, le verre à l'état naturel existe bel et bien, sous des formes diverses et parfois surprenantes, comme nous allons le découvrir.
                  • Le plus connu et le plus courant des verres naturels est l'obsidienne. D'origine volcanique, elle est issue d'une lave acide, très épaisse et riche en silice. La forte viscosité de la lave va empêcher sa cristallisation et former ainsi une veine d'obsidienne. C'est la forme de verre utilisée par l'homme. Dés le néolithique, il y a 8000 ans, nos ancêtres ont utilisé l'obsidienne comme tranchant pour des armes ou des outils. On en trouve partout sur la planète, du Mexique en Italie en passant par le Japon.
                    • Les tectites, autres formes de verre naturel, sont le résultat d'un accident dont il est préférable de ne pas avoir été le témoin ! Ce sont des fragments de roches fondues lors de la collision d'une météorite avec la terre. Ces roches, après avoir subi la chaleur intense de l'impact, sont expulsées du cratère, refroidies rapidement dans l'atmosphère et propulsées parfois à plusieurs centaines de kilomètres du point de collision. Quand je vous disais qu'il ne fallait pas être sur place ce jour là ! Il en existe quatre champs dans le monde, parfois gigantesques comme celui des tectites d'Australasie qui couvre plusieurs continents. Le verre libyque, présent dans le désert du même nom et qui a longtemps fait se chamailler les scientifiques, n'est pas une tectite à proprement parlé. Il provient de l'explosion d'une météorite à basse altitude qui a vitrifié le sol sur une grande surface (le cas s'est reproduit lors de l'explosion de la première bombe atomique lancée par les américains le 16 juillet 1945, le sable du désert s'est vitrifié donnant de la "Trinitrite" d'après le nom de code de cet essai. )
                      • Enfin, les plus étonnants de ces verres naturels sont sans conteste les fulgurites. Leur nom provient du latin "fulgur" la foudre, et suffit à expliquer leur formation. C'est en effet l'impact d'un éclair d'orage sur un sol désertique sous certaines conditions d'humidité qui va provoquer la fonte de la silice présente dans le sable. On voit sur la photo ci-dessous le canal par lequel est passé la foudre. Certaines fulgurites peuvent faire 6 mètres de long, mais très fragiles, il est impossible d'en conserver de ces dimensions. Une fulgurite de 50 centimètres de long est déjà un spécimen assez rare.
                      • Obsidienne verre naturelTectite, verre naturelFulgurite, verre naturel

                          Un peu de publicité : Lors de nos animations vous pourrez admirer des échantillons de ces formes de verre : Verre lybique, fulgurite, obsidienne, indochinite, moldavite ( deux formes de tectites).

                              Les plus gros producteurs de verre sont des algues !

                              La nature est toujours surprenante. vous pensiez que l'homme avait le monopole de la production de verre sur notre planète ? Désolé de vous détromper mais une algue le surpasse largement. Les diatomées, à partir de silicates présents dans l'eau de mer, se constituent une carapace...en verre ! L'intérêt de celle ci pour ces algues unicéllulaires est de ne pas faire obstacle à la photosynthèse en laissant passer la lumière. Il fallait y penser !

                                Une recette vielle de 5000 ans !

                                • Il était une fois en Egypte, il y a 5000 ans...
                                  • Notre histoire pourrait commencer comme ça. Ou en Phénicie, en Mésopotamie, en Assyrie... Tout cela pour dire que si on connaît le bassin géographique et la date approximative de la première fabrication de verre par l'homme, son origine reste mystérieuse. Peut-être un potier à t'il voulu donner un aspect particulier à un vase et l'a recouvert de sable avant de l'enfourner. Enervé par une dispute avec son épouse, il monte alors son four à une température plus élevé que d'habitude. Le lendemain matin, au beau soleil d'Egypte (ou de Phénicie....) son vase brille de mille feux, le verre est né et notre potier bien content cours l'offrir à sa femme, ce qui amène une belle fin à notre histoire . On peut remplacer notre potier par un métallurgiste, bref, vous l'avez compris, on ne peut que supposer. Ce que l'on sait c'est que les premiers objets en verre ne sont pas transparents, il s'agit en fait de perles et de petites statuettes.

                                        Pline l'ancien ne faisait pas la cuisine !

                                          Né en 23 après J.C, et mort lors de l'éruption du Vésuve en 79, Pline l'ancien est un érudit romain qui nous a légué une oeuvre colossale : L'Histoire Naturelle, en 37 volumes ! Géographie, Botanique, Arts, tous les sujets sont abordés dont celui qui nous intéresse ici, la fabrication du verre. Pline attribue sa naissance à des marchands phéniciens. Ceux-ci, livrant leur marchandises par la voie du fleuve Bélus, Pline l'anciens'arrêtent pour passe la nuit sur la rive. Ils préparent leur pitance dans une marmite soutenue par ce qu'ils avaient sous la main, des blocs de natron (du carbonate de soude cristallisé utilisé notamment pour l'embaumement des momies) provenant de leur cargaison. Et, lors de la cuisson, "Ils virent couler des ruisseaux transparents d'une liqueur inconnue, et telle fut l'origine du verre". Pline possède bien les éléments nécessaire à l'élaboration du verre, silice et soude mais la température d'un feu destiné à la cuisson des lentilles est loin de suffire à la fusion de la silice ! De là à penser que Pline ne faisait pas la cuisine chez lui....

                                            La fabrication du verre va connaître de multiples progrès au fil du temps, vers 1500 avant J-C par exemple avec le moulage sur noyau de sable qui va permettre l'élaboration de récipients creux.. Les premiers écrits sur cette matière datent, eux, du 7ème Siècle avant J-C. Ce sont des tablettes d'argiles du roi assyrien Assourbanipal dont le texte cunéiforme - que je traduis pour les quelques lecteurs ne lisant pas cette langue - dit : "Prends 60 parties de sable, 180 parties de cendre d'algues, 5 parties de craie, et tu obtiendras du verre."
                                                la recette du verre

                                              Les recettes de Mamie Passion Vitrail :

                                              Mettez un tablier et c'est parti :

                                              Pour faire du verre il nous faut....du sable. Enfin, si on veut faire savant on va dire de la silice. Il n'est pas bien difficile de s'en procurer, elle constitue 60% de la masse de l'écorce terrestre, bien moins rare que les truffes ! Mettez au four, thermostat 1710° durant 24 heures et laissez refroidir. Simplissime, non ? Bon, 1710° c'est tout de même assez chaud, alors si votre four ne monte qu'a 1500° il va falloir rajouter un fondant. Suivant votre région - Il est très important de se fournir en produits locaux -, vous pouvez utiliser de la soude (obtenue à partir de natron ou par la cuisson d'algues marines) ou de la potasse (obtenue à partir de cendres végétales, en particulier de fougères). Ensuite, afin de rendre votre verre insensible aux agents chimiques comme l'eau par exemple, vous allez devoir rajouter un stabilisant comme la chaux, la magnésie ou l'alumine. Enfin par mesure d'économie, pour diminuer encore le point de fusion vous pouvez mélanger à votre préparation du calcin, c'est à dire du verre recyclé.

                                                Proportion des ingrédients : Pour 10 kilos de verre, comptez 7 kilos de silice, 2 kilo de soude et 1 kilo de chaux. Bon appétit !

                                                  Soufflage à la canneMais la plus importante découverte pour ce qui nous concerne, la production de verre plat propre à la réalisation de vitraux, va se produire environ 150 ans avant notre ère. Les syriens vont s'apercevoir que le verre, du fait de sa ductilité - capacité d'un matériaux à se déformer sans se rompre - peut se souffler à chaud, au bout d'une canne. Cela va déclencher une véritable révolution dans la manière de travailler des artisans. Le verre, moins épais, va gagner en transparence, les temps d'exécution vont très nettement diminuer, une nouvelle ère s'ouvre pour le verre et l'extension de l'empire romain à cette époque va permettre sa divulgation sur un très vaste territoire.
                                                    A suivre...
                                                      Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un lien vers la page qui l'héberge. Par contre, le copier pour l'insérer sur votre site, blog ou autre n'est pas une bonne idée. Tout d'abord, par respect pour son auteur qui a passé beaucoup de temps à son écriture, et ensuite parce que c'est interdit par la loi : L’ensemble du contenu du site www.passion-vitrail.org (y compris, mais sans que cette liste soit limitative, les documents, textes, photographies…) est la propriété exclusive de l'entreprise Passion Vitrail en vertu des dispositions du Code de la propriété intellectuelle. Toute reproduction ou distribution non autorisée de tout ou partie des éléments et informations de ce site est interdite. Le contenu est disponible pour un usage privé et non collectif. Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5.2° et 3°a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4 du Code de la propriété intellectuelle). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Merci.